Construire l’avenir avec les jeunes générations

Etudiante

Les négociations conventionnelles qui régissent les rapports entre les médecins libéraux et les caisses d’Assurance Maladie vont bon train. De séances plénières en réunions bilatérales, ces textes fondamentaux – qui assurent à la fois la solvabilité et l’accès de tous les patients au système de soins – sont en cours d’élaboration. Ils doivent aller vers l’efficience du système avec une médecine libérale en mutation et en grande difficulté.

Comme toute négociation professionnelle, c’est avec la représentation syndicale issue des urnes que cela se mène.

Il est néanmoins indispensable de construire l’avenir avec les jeunes générations. Tout d’abord, avec les jeunes installés, qui sont l’avenir et la pérennité de l’exercice libéral et de la médecine de proximité en France. Ces jeunes installés ont choisi l’exercice libéral, en connaissent les premières difficultés et doivent être prioritairement intégrés dans les syndicats représentatifs comme cela se fait dans d’autres corps sociaux. Ils représentent le renouvellement des idées et le dynamisme d’un métier en transformation permanente.

Mais l’avenir doit aussi se construire avec ceux qui seront un jour médecins et s’installeront potentiellement en secteur libéral. Il s’agit des internes et des étudiants en médecine. Bien sûr, seule une petite majorité exercera en secteur libéral, dont certains largement au-delà de l’échéance de la convention en cours de négociation. Il faut toutefois les écouter car leur fraîcheur et leur vision d’un monde en mutation apportent une contribution indispensable.

Pour atteindre cet objectif, les modalités pratiques doivent respecter la démocratie issue des urnes, pour une convention négociée et signée avec les syndicats représentatifs. Ceux qui veulent y participer doivent se soumettre au verdict du peuple médical. Les représentations de jeunes en formation ont vocation à apporter leurs contributions au cours de séances qui leur sont dûment consacrées, dans l’écoute de leurs idées. Quant aux jeunes installés, c’est la règle d’une représentativité obtenue par le vote qui doit trancher sur leur éventuelle place autonome autour de la table des négociations. Et alors la jeunesse des idées sera entendue, la démocratie sera respectée, et l’avenir sera porté par toutes les générations dans le respect et l’écoute réciproques.

Jean-Paul Ortiz

 

Published by

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.