Pourquoi sortir du tarif unique de la consultation médicale ?

Consultation femme âgée

La tarification des actes de consultation médicale est devenue obsolète. Au delà de la très faible valeur de la consultation chez le médecin généraliste (le fameux C à 23 euros) qui soulève tant de mécontentements, c’est bien le principe de cette tarification qu’il faut complètement revoir. Pourquoi ?

Publié le 9 juillet 2016


Parce que la demande des patients a considérablement évolué. Le patient est plus informé, il a accès à de l’information médicale dans des revues mais surtout sur Internet. Les sites de santé se sont développés, et le patient devient, un peu plus chaque jour, acteur de sa santé. Demain, il en sera encore plus responsable. L’automédication s’est ainsi développée, ce qui est certainement logique dans notre société actuelle, même si celle-ci a ses limites, voire ses dangers. L’ensemble des professionnels de santé doit concourir à accompagner le patient dans cette démarche nouvelle pour aborder sa santé.

Aujourd’hui, dans nos cabinets médicaux, les patients consultent leur médecin pour des pathologies graves, très souvent pour plusieurs motifs, avec leur petite liste de questions préparée à l’avance. Ce sont des patients âgés, qui accumulent les pathologies chroniques et qui demandent donc de l’écoute, du temps et de l’expertise médicale. Les consultations sont devenues forcément beaucoup plus lourdes et longues. Pour voir sa rémunération stagner ou au mieux faiblement progresser, le médecin libéral doit accomplir un temps de travail très élevé – très loin des 35 heures de référence dans notre société française actuelle – et qui s’élève en moyenne autour de 55 heures, quelle que soit la spécialité ! Voilà bien la cause de la crise majeure qui secoue le monde médical libéral : le médecin ne se sent ni respecté, ni reconnu pour son implication professionnelle.

Comment sortir de cette situation si ce n’est en valorisant, de façon très significative, ces consultations longues et lourdes qui se multiplient dans nos cabinets médicaux ? Voilà l’enjeu d’une grille tarifaire à quatre niveaux, qui doit progressivement remplacer le tarif unique, et les suppléments qui s’y adjoignent actuellement en fonction de critères tels que l’âge, ou la situation de médecin traitant, de médecin correspondant ou consultant. La mise en place d’une grille tarifaire de la consultation permettra de hiérarchiser la demande, simplifiera grandement l’utilisation de cette jungle de lettres complémentaires d’une valeur ridicule, souvent de deux ou trois euros, mal comprises par les patients et mal utilisées par les médecins. Elle ne se fera qu’en revalorisant toutes les spécialités, y compris la médecine générale. Elle permettra enfin d’aller vers une vraie valeur de l’acte de consultation basée sur son contenu.

Cette nouvelle grille tarifaire sur quatre niveaux ne se conçoit qu’en étant commune et partagée par tous les médecins, quelle que soit leur spécialité. Initialement, les médecins généralistes auront une proportion plus importante d’actes de base que d’actes aux valeurs les plus élevées, tout en ayant accès à ces quatre niveaux. Les médecins des autres spécialités verront leur proportion d’actes se répartir dans les différents niveaux. Et demain, autour des quatre valeurs-cibles que préconise la CSMF (25, 30, 50 et 75 euros), c’est bien le contenu de chacun de ces niveaux qui fera l’objet d’âpres discussions avec l’Assurance maladie. Car ce sera la valorisation de notre métier  qu’il nous faudra obtenir pour recentrer le médecin sur le cœur de son métier : son expertise médicale, sa valeur ajoutée.

Dr Jean-Paul Ortiz

Published by

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.