Un projet novateur pour la médecine libérale

blogJPO_inventerlexercicededemainContrairement à ce qu’affirme Etienne Lefebvre, éditorialiste des Echos, dans un billet du 25 juillet dernier, le premier syndicat des médecins libéraux, la CSMF, a élaboré et défendu depuis de nombreux mois un projet novateur pour la médecine libérale. C’est pourquoi nous regrettons que le projet de convention médicale en cours de finalisation n’ait pas permis de répondre aux points essentiels de ce projet novateur, même si quelques éléments commencent à en être repris.

Publié le 29 juillet

Le tarif unique de la consultation médicale est dénoncé par la CSMF depuis plusieurs années. Tous les observateurs attentifs ne peuvent ignorer que la demande de la CSMF d’une hiérarchisation des consultations est incessante depuis bien longtemps. Formalisée sous forme d’une grille tarifaire autour de quatre niveaux, elle a enfin reçu l’assentiment des autres syndicats médicaux au décours des Assises de la Médecine Libérale. Cette nouvelle tarification autour de quatre niveaux a été proposée et défendue avec énergie par la CSMF lors des négociations conventionnelles, et nous nous félicitons qu’un début de mise en place puisse se faire. Mais la concrétisation dans ce projet de convention en est tellement limitative qu’elle en a quasiment dénaturé le fond : celui de rémunérer chaque consultation médicale non pas en fonction d’un titre ou d’un parcours de soins, mais en fonction du contenu de la consultation. Nous avons menés de nombreux travaux pour élaborer une classification des consultations en fonction du temps passé, de la complexité, du degré d’expertise, du motif de recours, etc. C’est bien cette construction qui doit s’engager au plus vite afin que le médecin de demain puisse se consacrer à des consultations médicales plus longues, plus lourdes, d’accompagnement et d’écoute d’un patient souvent âgé et atteint de pathologies chroniques intriquées. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrons déléguer certaines tâches – pour les actes les plus simples, des activités les plus standardisées ou protocolarisées – à d’autres acteurs (IDE, kinésithérapeute, orthophoniste, etc.) sous le contrôle du médecin. La médecine de demain s’exercera en équipe, et le médecin sera forcément le chef d’équipe, le chef d’orchestre dans la prise en charge d’un patient, coordonnant les autres intervenants.

Du temps sera nécessaire, mais les étapes ne peuvent se faire sans le concours de la profession. Les évolutions de la demande en soins issues du vieillissement et la technologie numérique de l’e-santé ne doivent pas transformer le médecin en un acteur dépendant et servile des outils modernes.

Toutes les enquêtes le prouvent : les médecins libéraux dénoncent la dérive bureaucratique et administrative de leur métier. Au-delà du vécu quotidien, cela traduit bien la paupérisation progressive de l’environnement professionnel du médecin, tout particulièrement en médecine générale. Deux tiers des médecins n’ont pas de secrétariat dans leur cabinet médical. C’est pourquoi la CSMF a proposé d’améliorer l’environnement professionnel du médecin, sous des formes adaptées à chacune des spécialités : secrétariat, assistant ou collaborateur paramédical, etc. Il est aujourd’hui essentiel de recentrer le médecin sur son cœur de métier : le soin apporté aux patients et la prise en charge de la santé. Tout ce qui peut le décharger doit être fait dans les plus brefs délais. Cela améliorera  l’accès géographique aux soins, aidera le patient dans son parcours de soins et surtout préfigurera l’organisation de la médecine libérale de demain. Le forfait structure en est la prémisse. Déjà, la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP) de la convention précédente en portait le germe. Il était indispensable de l’identifier clairement et d’en renforcer le contenu et la valorisation. Le projet de la convention s’y efforce, malheureusement à un niveau si faible qu’il en perd sa signification.

Au-delà d’une modalité de rémunération valorisant l’expertise médicale, par  la grille tarifaire autour de quatre niveaux, au-delà d’une structuration de l’environnement professionnel du médecin par le forfait structure, il est clair que le médecin libéral de demain doit devenir un véritable entrepreneur médical dans un territoire. Les travaux autour de l’entreprise médicale ont été initialisés à la CSMF il y a de nombreuses années : le médecin libéral de demain doit devenir un entrepreneur médical regroupé dans de véritables établissements de soins ambulatoires ; nous revendiquons une responsabilité territoriale sur l’organisation de la prise en charge d’une population, allant au-delà d’une prise en charge limitée aux soins, et permettant de reconnaître un vrai rôle à la médecine libérale en matière de santé publique sur un territoire. Tous ces éléments ont été repris dans les comptes rendus que la CSMF a élaborés depuis de nombreuses années. On les retrouve dans les quelques propositions qui ont été faites ces derniers mois.

Oui, la médecine libérale porte un vrai projet novateur grâce à la CSMF qui a toujours été dans le passé, l’acteur des grandes mutations de la médecine libérale et qui, aujourd’hui, prouve qu’elle sait le rester pour construire l’avenir du système de santé avec les médecins libéraux.

Dr Jean-Paul Ortiz

Published by

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.