Lettre ouverte sur la sécurité des médecins libéraux adressée à Marisol Touraine et Bruno Le Roux, ministres de la Santé et de l’Intérieur

Madame la Ministre de la Santé, Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Malheureusement, notre corps professionnel vient d’être endeuillé par un drame épouvantable à Nogent-le-Rotrou dans l’Eure-et-Loir, avec le sauvage assassinat d’un médecin dans son cabinet. Ce drame a ému la communauté médicale dans son ensemble, et j’ai pu le constater en me rendant sur les lieux lors d’un hommage à ce confrère.

Des faits d’incivilité, d’agression de médecins, des problèmes de sécurité des médecins nous sont rapportés par nos confrères de façon quasi quotidienne. La longue litanie des cas graves ne cesse de s’allonger. L’agression d’une consœur à Châtellerault dans la Vienne en octobre dernier, qui s’est traduit par plusieurs mois d’arrêt d’activité professionnelle, l’agression d’un confrère à Saint Cyprien dans les Pyrénées Orientales (3 semaines d’arrêt), l’agression d’un confrère à Limoux dans l’Aude (1 semaine d’arrêt), le terrible meurtre du Dr Patrick Rousseaux à Nogent-le-Rotrou, des agressions quotidiennes avec dépôt de mains courantes et de plaintes, en particulier dans des zones exposées comme le Nord de la France, emmaillent cette vie quotidienne d’une activité professionnelle tournée vers le soulagement de la maladie, par des professionnels dévoués à la population, quelquefois au risque de leur vie.

L’heure n’est plus à des réflexions et à des réunions, elle est à l’action !

Il est urgent que des mesures fermes et immédiates soient prises :

  • Reconnaissance prioritaire des numéros de téléphone des cabinets et des médecins par les services de police ou de gendarmerie ;
  • Sécurisation des cabinets médicaux par l’installation de caméras de vidéosurveillance à proximité sur la voie publique ;
  • Aide publique pour l’installation de caméras de vidéosurveillance dans les salles d’attente, et de boutons d’alarme dans les cabinets ;
  • Accompagnement du médecin en visite, à chaque fois que l’appel revêt un caractère inquiétant ou dans des quartiers particulièrement difficiles ;
  • Mise en place d’un chauffeur pour les visites de nuit, en lien avec les collectivités territoriales, dans le cadre de la permanence des soins régulée ;
  • Donner au médecin dans le cadre de son exercice professionnel un statut de « professionnel protégé » ;
  • Accompagner le regroupement des professionnels de santé dans des lieux d’exercice partagés et sécurisés.

Les médecins sont souvent le dernier lien social dans une société en crise, dans des quartiers difficiles, dans des villes où la crise sévit et où les incivilités quotidiennes se multiplient.

L’exercice libéral est malheureusement souvent délaissé par les jeunes générations : cette insécurité croissante est un facteur aggravant qui rendra encore plus difficile le maintien d’un accès aux soins de proximité dans les meilleures conditions pour la population.

J’en appelle donc à votre responsabilité et je suis à votre disposition pour aborder l’ensemble de ces propositions pour mise en place dans les plus brefs délais.

                                                                                            Docteur Jean-Paul ORTIZ
Président de la CSMF

Published by

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.