Vaccination : sortir de l’obscurantisme

ENFANT VACCINLa France est un pays particulièrement paradoxal pour la vaccination : alors que ses scientifiques ont été des pionniers inventeurs de nombreux vaccins et de la vaccination en général, alors que les institutions françaises ont su développer dans le monde entier des campagnes de vaccination qui ont permis d’éradiquer des maladies autrefois mortelles, les Français s’interrogent et remettent en cause son utilité !


Les pouvoirs publics et les différents gouvernements qui se sont succédé ne sont pas innocents. Souvenons-nous de l’épisode catastrophique d’une vaccination ratée contre la grippe H1N1, organisée par Roselyne Bachelot – à l’époque ministre de la Santé – qui voulait vacciner tous les Français dans les salles des fêtes. Peut-être avait-elle déjà commencé sa reconversion dans le spectacle ou le showbiz ?

De même, les hésitations sur la vaccination des adolescents contre l’hépatite virale, d’abord recommandée puis finalement suspendue 6 mois après pour de soi-disant maladies induites, n’ont pas arrangé les choses. Le doute persiste. C’est comme la calomnie. Même après démenti par les scientifiques, il en reste toujours quelque chose.

Rien n’a été prouvé sur l’apparition de sclérose en plaques, autisme ou autres pathologies invérifiables, car mal connues pour ses mécanismes physiopathologiques et que certains obscurantistes voudraient imputer à un vaccin. Ces rumeurs infondées courent toujours.

Dans ce contexte difficile et troublé, on peut comprendre que Marisol Touraine – alors ministre de la Santé – ait missionné le Professeur Fischer pour faire des recommandations argumentées issues d’une grande consultation citoyenne. Le rapport, qui a été rendu public le 30 novembre 2016, propose une obligation vaccinale sur quelques vaccins pendant 5 ans, mais il est resté sans suite. La décision était politiquement difficile à prendre pour une ministre en butte à une cote de popularité en chute libre et qui n’a même pas pu rester députée…

Fort heureusement, madame Agnès Buzyn reprend courageusement le dossier et se positionne enfin clairement malgré les critiques et la tentative de calomnie sur ses supposés liens avec l’industrie pharmaceutique. Soulignons sa détermination et son courage.

Alors, bien sûr, certains esprits chagrins préféreraient une démarche d’information et de responsabilisation de la population, plutôt qu’une obligation. Bien sûr mais pas tout de suite, car nous savons aujourd’hui que ce serait un signe très négatif de ne pas avoir une position ferme, avec une confiance affichée en la vaccination de la part du pouvoir politique.

Oui, l’obligation vaccinale n’est pas la solution idéale. Mais elle est une étape indispensable pour rendre la confiance des Français vis-à-vis de cette avancée majeure de la médecine du XXe siècle et dont la France est à l’origine, mais dont aujourd’hui elle est si méfiante.

Alors, arrêtons de tergiverser, n’écoutons plus les passéistes pseudo-écologistes, supportons et accompagnons des mesures indispensables et courageuses d’obligation vaccinale pour un temps déterminé, dans l’intérêt de chacun et surtout de nous tous.

Dr Jean-Paul Ortiz

Published by

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.