Assistant médico-technique : un indispensable nouveau métier

secretaire medicale

Tous les Français le savent : accéder à un médecin devient aujourd’hui difficile dans certaines zones géographiques ou spécialités médicales. Des dizaines de milliers de patients n’ont plus de médecin traitant, le leur étant parti à la retraite ou ayant quitté l’exercice libéral, sans trouver de successeur. Des dizaines de milliers de patients dénoncent des délais d’attente très longs pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, délais incompatibles avec une bonne qualité de prise en charge. Pourtant, notre système de santé était encore, il y a peu, reconnu comme le meilleur au monde, et les médecins français n’ont jamais été aussi nombreux… Mais l’exercice médical a évolué, et les aspirations des professionnels ont également profondément changé.


Comment alors un médecin traitant, la plupart du temps médecin généraliste, pourra-t-il dans les années à venir prendre en charge davantage de patients dans sa patientèle habituelle ? On parle de 20 à 30 % de patients supplémentaires, vu les projections démographiques à court terme ! Or, les journées ne sont pas extensibles, et elles sont malheureusement largement employées à des tâches pour lesquelles il n’est pas nécessaire de faire dix ans d’études après le bac. Seulement un tiers des médecins généralistes ont une secrétaire médicale dans leur cabinet de consultation. C’est à peine plus pour certaines spécialités médicales.

Est-il logique de laisser les médecins – professionnels de santé de grande compétence et reconnus comme experts dans notre système de soins – réaliser des tâches que d’autres pourraient faire ? Certainement pas : il faut recentrer le médecin sur son cœur de métier. Il faut faire gagner à chaque médecin du temps médical, du temps de soins pour mieux prendre en charge ces patients, et améliorer l’accès aux soins de nos concitoyens.

Pour cela, certains ont développé le travail aidé, depuis de très nombreuses années : les anesthésistes avec les infirmiers anesthésistes, les radiologues avec les manipulateurs radio, les biologistes avec les techniciens de laboratoire et, plus récemment, les ophtalmologistes avec les orthoptistes…

Dans les cabinets médicaux, il est aujourd’hui indispensable de créer un nouveau métier, celui d’assistant médico-technique. En effet, il n’est pas forcément nécessaire de faire trois ans d’études, comme une infirmière diplômée d’État, pour contribuer à la prise en charge d’un patient sur des tâches aussi simples que le contrôle du poids, de la taille ou la prise de tension avec un appareil automatique, sans parler des tâches administratives – telles que la frappe de courriers, de certificats, etc. – qui embolisent encore aujourd’hui largement les journées de travail des médecins dans les cabinets.

Ces assistants médico-techniques se chargeraient principalement du secrétariat, mais aussi de quelques éléments simples dans la prise en charge et le suivi d’un patient. Certains, en fonction des spécialités, contribueraient de façon plus spécifique à l’activité médicale en cabinet. Ils seraient toujours placés sous la responsabilité et la présence effective du médecin, comme les assistants dentaires dans les cabinets des chirurgiens-dentistes. Leur formation pourrait être dispensée pendant une année et le recrutement pourrait s’effectuer après le baccalauréat.

Voilà un levier pour améliorer la prise en charge des Français, aider largement les médecins dans leur exercice quotidien, et créer des milliers d’emplois dans un pays qui en manque tant.

Reste à convaincre les pouvoirs publics ; le ministère de la Santé semble suivre le dossier avec attention. Il faut maintenant concrétiser ce projet.

Dr Jean-Paul Ortiz

 

Publié par

drjportiz

Bienvenue sur le blog officiel du Dr Jean-Paul Ortiz, Président de la CSMF et médecin néphrologue.