Je suis né le 18 septembre 1956. En 1987, devenu docteur en médecine spécialisé en néphrologie, j’entame ma carrière au CH de Perpignan, dans le service de néphrologie-hémodialyse. En 1990, je quitte l’hôpital public et fonde le Centre d’hémodialyse Saint-Roch à Cabestany (66). En 1995, je deviens Président de la CME de la polyclinique Médipôle Saint-Roch où j’exerce encore aujourd’hui.

Le syndicalisme chevillé au corps

Parallèlement à mon activité, je m’investis dans diverses fonctions syndicales. Président du Syndicat des néphrologues libéraux (1996-2014), du Syndicat national des médecins de l’hospitalisation privée (Symhop ; 2003-2014) et de l’URPS Médecins Libéraux du Languedoc-Roussillon (2010-2014), j’ai également occupé la vice-présidence de la Conférence nationale des présidents de CME d’hospitalisation privée (2001-2014) et celle du conseil départemental de l’Ordre des médecins de Midi-Pyrénées (2003-2014).

Depuis 2014, je défends une médecine libérale et sociale à la tête de la CSMF et j’occupe la vice-présidence de l’Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS).

Etre de tous les combats

Aujourd’hui, je suis de tous les combats. Désireux de conserver le lien avec mes patients et de connaître la réalité du terrain, je partage mon temps entre Cabestany – à la polyclinique Médipôle Saint-Roch, près de Perpignan, où je continue d’exercer – et Paris, où je porte la voix de la CSMF et des médecins libéraux auprès du gouvernement, institutions et médias.