L’Opinion – 13/07/16


logo-lopinion

Jean-Paul Ortiz, le médecin qui veut faire plier l’Assurance-maladie

par Fanny Guinochet

Le président du premier syndicat de généralistes et spécialistes, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) sèche mercredi la séance de négociation avec la « Sécu ».

Les faits – Mercredi 13 juillet se tient une nouvelle journée de discussion pour la nouvelle convention quinquennale entre Assurance-maladie et médecins libéraux.

Néphrologue de Cabestany (Pyrénées-Orientales), Jean-Paul Ortiz met la pression sur l’Assurance maladie. En effet, le président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), qui réunit généralistes et spécialistes, sèche la nouvelle séance de négociation tarifaire entre médecins libéraux et Assurance-maladie, mercredi. Alors que cette dernière a annoncé qu’elle présenterait de nouvelles propositions aux représentants des médecins, Jean-Paul Ortiz fait ainsi savoir son mécontentement.

A 58 ans, celui qui a en 2014 remplacé Michel Chassang, figure du syndicalisme médical à la tête de la première centrale de médecins libéraux depuis douze ans, avait jugé « inacceptables » les suggestions de Nicolas Revel, le patron de la Caisse nationale d’assurance-maladie (Cnam). Il y a une semaine, la « Sécu » a présenté aux cinq organisations représentatives le budget global de ses propositions estimé à environ 750 millions d’euros, dont près des deux tiers consacrés à la revalorisation à 25 euros de la consultation chez les généralistes d’ici à 2018. Une augmentation prévue en deux temps : 1 euro au 1er avril 2017, puis 1 euro l’année suivante. Insuffisant pour la CSMF qui réclame une augmentation de la consultation dès aujourd’hui, et applicable à tous.

Jean-Paul Ortiz n’est pas le seul à bouder mercredi la négociation. Deux autres syndicats sur les cinq ont préféré s’abstenir.

La CSMF a toutefois prévu de revenir aux trois prochaines séances programmées les 19, 20 et 21 juillet. Celles-ci devraient être la dernière ligne droite de la négociation débutée fin février. La future convention couvrira… un quinquennat.